La CIIA propose 2 compléments au Plan d’Action des ministres de l’agriculture du G20

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La Commission Internationale des Industries Agricoles et Alimentaires (CIIA) salue le Plan d’action sur la volatilité des prix décidé par les Ministres de l’agriculture du G20 et propose 2 actions complémentaires.

La CIIA avait formulé plusieurs propositions (cf. ses communiqués des 3 décembre 2010, 15 mars, 11 avril et 2 mai 2011) qui ont pu nourrir le débat. Elle suggère d’apporter 2 compléments à ce Plan qui sera remis en novembre aux chefs de gouvernements du G20.

La CIIA relève en effet avec beaucoup d’intérêt la décision de:

- lancer le « Système d’Information sur les Marchés Agricoles (Agricultural Market Information System-AMIS) en y associant le secteur privé avec la mise en place d’un Forum de réaction rapide en lien avec le Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale auprès de la FAO avec une publication des perspectives en juin 2012;

- lancer une « Initiative de suivi satellitaire de l’agriculture mondiale » via le réseau volontaire international qui sera coordonnée par le secrétariat de GEO hébergé par l’Organisation Météorologique Mondiale ;

- recommander à l’OMC l’adoption d’une résolution pour faire disparaître les restrictions aux exportations alimentaires et les taxes pour les aliments achetés par le PAM à des fins humanitaires et non-commerciales ;

- relever les défis et exploiter les possibilités liés aux biocarburants ;

- reconnaître que les contrats entre les agriculteurs et les acheteurs ou les fournisseurs d’intrants agricoles peuvent améliorer la gestion du risque lié à la volatilité des prix et permettre une meilleure prévisibilité tout au long de la chaîne de valeur agricole ;

- soutenir une proposition de système ciblé de réserves alimentaires d’urgence

La CIIA relève que les Ministres de l’agriculture encouragent les pays, les organisations internationales et le secteur privé à augmenter les investissements dans l’agriculture des pays en développement et dans les activités intimement liées aux gains de productivité agricole, la sécurité alimentaire et la création de revenus dans les zones rurales, telles que les institutions agricoles, les services de conseil, les coopératives, la recherche, les routes, les ports, la chaîne du froid, l’énergie, le stockage, les systèmes d’irrigation, les technologies de l’information et de la communication, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Ils reconnaissent en particulier l’importance du riz pour la sécurité alimentaire en tant que principale culture consommée en Asie et de plus en plus en Afrique. Pourtant, c’est sur le blé qu’est lancé une initiative internationale de recherche en indiquant que l’IRIWI ouvrira des initiatives sur d’autres cultures…

Du fait que l’augmentation de la population se situera essentiellement en Asie et en Afrique et les Ministres reconnaissant que la responsabilité première de chaque Etat est d’assurer la sécurité alimentaire de sa population, la CIIA propose que les efforts de recherche, d’investissements et d’information aux producteurs pour améliorer l’efficacité des filières vivrières soient consacrés en priorité à la production de riz et des céréales tropicales.

Par ailleurs, les ressources des éleveurs sont directement corrélées aux disponibilités d’intrants agricoles et, si les ¾ des pauvres vivent dans les zones rurales, les pauvres vivant dans les agglomérations urbaines sont les plus durement frappés par la flambée des prix alimentaires puisque leurs maigres ressources financières ne sont pas indexées. La CIIA propose que la gestion des réserves d’urgence intègre avec une attention particulière la situation des éleveurs et des urbains pauvres.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »